gc_1re

Éric Alliez, Maurizio Lazzarato,

Guerres et Capital

« Nous sommes en guerre », déclare au soir du 13 novembre 2015 le président de la République. Mais quelle est cette guerre au juste ?

La contre-histoire du capitalisme que nous proposons ici vise à recouvrer la réalité des guerres qui nous sont infligées et déniées : non pas la guerre idéale des philosophes, mais les guerres de classe, de race, de sexe ou de genre, les guerres de civilisation et environnementales, les guerres de subjectivité qui font rage au sein des populations et constituent le moteur secret de la gouvernementalité libérale. En nommant l’ennemi (le réfugié, le migrant, le musulman), les nouveaux fascismes établissent leur hégémonie sur les processus de subjectivation politique réduits à des mots d’ordre racistes, sexistes, xénophobes qui attisent la guerre entre les pauvres et entretiennent la philosophie de guerre totale du néolibéralisme.

Parce que la guerre et le fascisme sont le refoulé de la pensée post-68, nous n’avons pas seulement lu l’histoire du capital à travers la guerre, mais également cette dernière à travers l’étrange révolution de 68 qui seule rend possible le passage de la guerre aux guerres – et de celles-ci à la construction de nouvelles machines de guerre contre la financiarisation contemporaine. Il s’agit donc de pousser la « pensée 68 » au-delà de ses propres limites et de la réorienter vers une nouvelle pragmatique des luttes, en prise sur la guerre continuée du Capital. C’est dire qu’il s’agit surtout de nous préparer à ces batailles que nous devons mener si nous ne voulons pas être toujours vaincus.