La Part commune

Critique de la propriété privée

La critique de la propriété est à l’ordre du jour. On a vu, ces dernières années, se développer une réflexion sur le rôle de la rente dans le creusement des inégalités (Piketty) ou sur la nécessité de rendre certains biens à la propriété collective (Dardot et Laval). Le livre de Pierre Crétois se situe dans ce champ, où il trace un sillon original. Il n’aborde pas le problème seulement par ses effets délétères, mais le reprend à la racine.

La propriété privée s’élabore à partir de la Renaissance, en
tant que pendant de la souveraineté politique : l’individu règne
en maître sur ses choses comme le souverain sur ses sujets. Elle
devient un droit naturel, celui de la personne à jouir comme elle
l’entend des fruits de son travail. La Révolution sanctuarisera cette
idée dans la Déclaration des droits de l’homme. C’est là que les difficultés surgissent. Il n’a jamais existé dans la réalité de propriété absolument privée : les choses ne sont pas appropriables en tant que telles, mais sont des lieux où se rencontrent des existences et activités individuelles et collectives. Le propriétaire ne doit plus être conçu comme un despote sur son domaine, mais comme membre de communautés et d’écosystèmes.

Pierre Crétois fait donc d’une pierre deux coups : il démystifie la propriété privée, en la débarrassant des fadaises libérales et libertariennes, et la replace au centre de la politique. Pas d’émancipation sans transformation de la propriété.

couverture (c) Sylvain Lamy