Division Street — Studs Terkel
Éditions Amsterdam
ISBN 9782354800857
20 euros
368 pages
Autres livres de Studs Terkel chez Éditions Amsterdam :

Race

Histoires orales d’une obsession américaine

Hard Times

Histoires orales de la Grande Dépression

« La Bonne Guerre »

Histoires orales de la Seconde Guerre mondiale

Working

Histoires orales du travail aux États-unis

Studs Terkel,

Division Street

Genèse d’une histoire orale des Etats-Unis

Chicago, 1965. Le souvenir de la Grande Dépression et de la seconde guerre mondiale n’est pas loin. Celui de la crise de Cuba encore moins. Le Vietnam est un désastre. Le mouvement pour les droits civiques obtient ses plus grandes victoires au prix de luttes acharnées. Chicago, ville gangrénée par la corruption, la mafia et les inégalités sociales, est bouleversée par les plus grands réaménagements urbains de son histoire. Ceci n’est pas un polar, mais le premier livre d’entretiens de Studs Terkel. Armé de son enregistreur, le journaliste capte la parole de la piétaille au gré de ses rencontres et de ses errances dans les bars, les rues et les taxis, de part et d’autre de Division Street, artère de Chicago qui symbolise pour lui les divisions politiques, sociales et culturelles de l’Amérique. Il prend ainsi la température de sa ville, et nous offre un instantané saisissant des années 1960 aux États-Unis. Vietnam, communisme, bombe atomique, racisme, pauvreté, transformation du travail par l’automatisation, syndicats corrompus, spéculation immobilière et expropriations, déliquescence du lien social : c’est une Amérique rongée par le doute, la peur et l’impuissance que nous donne à voir ici Terkel. Doute, peur et impuissance parfois suspendus, toutefois, par le constat de la puissance politique des citoyens rassemblés pour exiger leurs droits ou simplement une vie décente. L’impression de fin du monde imminente, d’une société au bord du gouffre, qui domine ces quelques soixante-dix entretiens, préfigure paradoxalement les transformations profondes que connaîtront bientôt les sociétés occidentales au cours des années 1968.

Traduction : Aurélien Blanchard, avec la collaboration de Charlotte Nordmann, Clémence Garrot, Joséphine Gross,