Éditions Amsterdam
ISBN 9782354801717
26 euros
pages

David Faroult,

Godard

Inventions d'un cinéma politique

La singularité du parcours de Jean-Luc Godard tient au fait de n’avoir jamais abandonné le cinéma et l’art à un utilitarisme militant, même au moment où il a engagé son travail au service des politiques d’émancipation.

Loin d’une approche biographique, David Faroult cherche à fournir des outils pour rendre maniables les tâtonnements de cette recherche pratique, parfois datés même quand ils continuent de paraître neufs. Pour cela, il fallait historiciser les films ainsi que les propos tenus dedans ou autour, démêler autant que possible la part des contingences qui les déterminent, tenter d’y repérer les inventions esthétiques et leurs sources : un tel programme veut contribuer à leur usage critique par celles et ceux qui y puiseront de quoi orienter leurs propres pensées et pratiques artistiques. Lectrice et lecteur y trouveront aussi de quoi satisfaire leur curiosité sur une période peu étudiée et mal documentée du parcours de Jean-Luc Godard, dont l’esquive a peut-être rendu moins lisibles les périodes suivantes.

Avec cinquante ans de recul, que reste-t-il de fécond des tentatives conduites par Jean-Luc Godard autour de l’ébranlement de 1968 pour inventer un cinéma politique ? Qu’est-ce qui, de ces expériences, est manifestement obsolète ? Qu’est-ce qui demeure un héritage fertile pour d’autres conjonctures ? Outre une étude détaillée qui cherche à démêler ces questions pour aujourd’hui, ce volume fournit des documents totalement inédits ou jamais traduits en français, des instruments de travail sur les films (séquenciers, sources, matériaux) ainsi qu’un cahier de photos étayant certaines descriptions et analyses.

Couverture © Sylvain Lamy