Charlotte Nordmann — La Fabrique de l'impuissance 2

Charlotte Nordmann,

La Fabrique de l’impuissance 2

L'École, entre domination et émancipation

« L’École républicaine » repose sur une contradiction irréductible : elle est à la fois un facteur de démocratisation et de hiérarchisation. Elle est l’institution qui assure la légitimation de la hiérarchie sociale en la faisant apparaître comme l’expression de l’inégalité des capacités individuelles. L’École produit ainsi, paradoxalement, de l’impuissance : impuissance à parler, à écrire, à lire, à penser. Mais elle est aussi un lieu de diffusion de savoirs et de compétences susceptibles de donner à chacun les moyens d’augmenter son autonomie, sa puissance d’agir et de penser.
Parce qu’il refoule cette ambiguïté, « le débat sur l’École » nous enferme dans un véritable cercle, et nous interdit de réfléchir aux enjeux politiques de la maîtrise de la lecture, de l’écriture, du rapport aux savoirs et à la parole. Comment faire pour que l’École ne fonctionne pas essentiellement comme une fabrique de l’impuissance ?