Le Corps d'exception

Sidi Mohammed Barkat,

Le Corps d’exception

Les artifices du pouvoir colonial et la destruction de la vie

Dans Le Corps d’exception, Sidi Mohammed Barkat propose une analyse rigoureuse de l’indigénat et du système colonial, qui permet de rendre compte de la violence dont le corps des colonisés a pu faire l’objet, notamment lors des massacres du 8 mai 1945 et du 17 octobre 1961, mais aussi d’apporter des éléments de réponse à la question de la permanence des dispositifs institutionnels et politiques du colonialisme français. Pour lui, les colonisés ont été institués comme « corps d’exception » : le corps d’exception est d’abord une image -, l’image de corps sans raison, réputés dangereux, indignes de la qualité de citoyen, mais cependant membres de la nation française, inclus dans le corps social en tant qu’exclus, soumis à un régime légal d’exception permanente établissant au cœur de l’État de droit une suspension du principe d’égalité. Cette réduction des colonisés à des corps simplement organiques et déshumanisés, ainsi que leur exclusion de la sphère politique, ont rendu pensable et possible leur transformation en corps indifférenciés pouvant être mis à mort arbitrairement, au moment précis où ils prétendaient apparaître dans l’espace public comme des sujets porteurs du droit d’avoir des droits. C’est bien sûr l’actualité de cette histoire que Sidi Mohammed Barkat vise au travers de ses analyses.

Couverture : photographie d'Anne Nordmann, Marrakech, 2003.