Dipesh Chakrabarty — Provincialiser l'Europe

Dipesh Chakrabarty,

Provincialiser l’Europe

La pensée postcoloniale et la différence historique

L’Europe n’est plus au centre du monde, l’histoire européenne n’incarne plus « l’histoire universelle », mais ses catégories de pensée et ses concepts politiques continuent de régir les sciences sociales, la discipline historique et nos représentations politiques.

Avoir pour projet de provincialiser l’Europe n’équivaut pas à rejeter la pensée européenne, il ne s’agit pas de prôner une « revanche postcoloniale ». Mais la pensée européenne, aussi indispensable soit-elle, est inadéquate pour appréhender l’expérience de la modernité politique dans les nations non occidentales. Comment s’affranchir de son « historicisme » ? Comment interpréter les faits sociaux sans les contraindre à se conformer au modèle, limité et exclusif, de l’accession progressive de tous, au cours de l’histoire, à une certaine conception de la « modernité » ? L’enjeu est de parvenir à renouveler les sciences sociales, à partir des marges, pour sortir d’une vision qui réduit les nations non européennes à des exemples de manque et d’incomplétude, et penser au contraire la diversité des futurs qui se construisent aujourd’hui.

Ce livre s’y essaie, en décrivant diverses manières d’être dans le monde – de l’intense sociabilité littéraire de Calcutta au rapport complexe des poètes indiens vis-à-vis de la nation, en passant par la façon dont les veuves indiennes ont vécu et fini par faire entendre leurs souffrances –, manières d’être dans le monde qui sont autant d’histoires singulières et fragmentaires, autant de réinterprétations, de traductions et de transformations pratiques des catégories universelles et abstraites de la pensée européenne.

Traduction : Olivier Ruchet, Nicolas Vieillescazes,