Transaction — Jean-Claude Lebensztejn
Éditions Amsterdam
ISBN 9782915547559
19 euros
96 pages

Jean-Claude Lebensztejn,

Transaction

(Fleurs de rêve II)

« Les foiblesses des grands hommes donnent le ton et marchent à côté des vertus qui les rachètent ; la flatterie souffle la domination et fomente la licence ; tout égare la multitude séduite par l’exemple : comment assujettir la contagion qui se meut par tant de contrastes ? Le voici : ce qu’un gouvernement n’ose faire, l’Architecte l’affronte ; celui qui s’est fait un jeu d’animer des surfaces pierreuses ; celui qui a appelé toutes les formes pour les contraster ; celui qui a hazardé son usufruit placé sur l’art, peut bien engager aussi le fonds. Il fixera les imaginations vagabondes sur un monument qui éveille le pressentiment de la pudeur, et dans ses combinaisons il détruira les abus consentis. Semblable à l’astre du jour, quand il s’est baigné dans les flots de l’océan, pour purifier ses rayons brûlants, il transige avec la profondeur des mers pour reprendre en sortant un nouvel éclat. » (Claude-Nicolas Ledoux, l’Architecture, p. 199.)

Comment faire d’un bordel pseudo-grec à plan phallique le lieu d’une réflexion édifiante ? Tel est le rêve architectural de Ledoux, pour qui l’architecte doit édifier la société tout entière.

Le texte de son Architecture, souvent considéré comme délirant, a sa logique, qu’il convient d’édifier à son tour. C’est une logique onirique. Transaction est la deuxième partie d’un triptyque consacré au rêve : la première touche à l’Aurélia de Nerval, la troisième au rêve créateur et à la représentation du rêve. Le titre générique (Fleurs de rêve) est une citation inconsciente de Rimbaud, retrouvée en rêve : « les fleurs de rêve tintent, éclatent, éclairent » (Enfance).